Acceuil Comment devenir un bon parent ? Être parent est un apprentissage permanent Devenez membre d'En route vers l’école Livres, Peluches, jouets, etc. Des ateliers pour apprendre Le savoir faire derrière - En route vers l'école Contactez-nous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
JE ME PRÉPARE

Après le calme relatif de la troisième année, voici à nouveau quelques difficultés. Heureusement, une fermeté, combinée à de la douceur et de la patience, viendra à bout de toutes les petites incertitudes. L’enfant de quatre ans qui distingue déjà les nombres, les lettres, les couleurs et les formes a plus de chance de bien réussir à la maternelle. Ce sont les habiletés en mathématiques et en lecture ainsi que la capacité d'attention qu'un enfant développe au préscolaire qui prédisent ses succès scolaires futurs de préférence à son comportement ou son milieu social.

     
 


 
 
Votre enfant a besoin de se défouler, de se dépenser physiquement. Des balades ou la pratique d’un sport sont préférables. Son vocabulaire s’enrichit ainsi que de gros mots et d’injures! Il sera bizarrement motivé de vous faire part de ses nouvelles découvertes. Mieux ne vaut pas trop réagir et simplement lui dire qu’il connaît des mots bien plus beaux que ceux-là. Vous risquez sinon de l’entendre poursuivre ses exploits de plus belle!
Quatre ans, c'est la période où l'on force et où l'on brise l'ancien équilibre. Pour décrire les enfants de cet âge en quelques mots, je dirai qu'ils ressemblent aux deux ans et demi, mais qu'ils sont plus mûrs, et moins difficiles à maîtriser. Cet âge est marqué par le déséquilibre, l'insécurité et le manque de praxie dans presque tout le comportement. L'enfant qui a pu paraître assez bien coordonné à trois ans peut maintenant trébucher, tomber, avoir peur de tomber. Les signes physiques de tension sont plus fréquents : l'enfant cligne des yeux, mord ses ongles, met ses doigts dans son nez, touche ses organes sexuels, suce son pouce. Il peut même avoir des tics faciaux.
L’enfant se préoccupe de son corps, mais aussi de son histoire personnelle et en particulier, de sa naissance et de ses premières années. Concernant le sommeil, beaucoup de quatre ans ne font plus de siestes. À ce stade, les nuits sont d’ailleurs l’occasion de cauchemars fréquents ou de mauvais rêves.
Votre enfant est également plus agité le jour. Il peut même se montrer autoritaire, difficile, agressif envers ses copains et vous, ses parents. Votre fermeté sera sollicitée à de nombreuses occasions. Il devient en même temps un individu au sens social très développé. Les amitiés comptent beaucoup, malgré ses difficultés à s’entendre avec ses amis. En présence d'autres enfants, ses problèmes rappellent ceux qu'il a connus à deux ans. Il est autoritaire, querelleur, agressif. Les parents sont tentés de penser qu’il en est revenu à l'état des deux ans et demi, alors qu'il s'agit d'un bond en avant qui conduit à une nouvelle étape positive : celle des cinq ans.
Mais il est vrai que l'enfant de quatre ans fait souvent penser à ce qu'il était à deux ans et demi. Il est sujet aux mêmes réactions extrêmes. Il est parfois timide, parfois surexcité. Beaucoup d'enfants redeviennent aussi attachés aux habitudes. Ils se fixent dans des façons de faire rigides pour manger, s’habiller ou dormir. Il peut être très difficile de faire admettre à l’enfant le moindre changement. Leur appréhension affective s'exprimera par des larmes, des larmoiements et de nombreuses questions.
Il n’y a pas de limites pour son imagination! Donnez-lui un déguisement et il aura de quoi inventer plusieurs histoires! De même s’il joue avec des petits personnages, il saura les mettre en scène, mêlant réalité et imaginaire. Autant d’inventions pour lesquelles il s’inspire des histoires que vous lui racontez, mais aussi de la télévision qui le fascine de plus en plus, comme l’ordinateur d’ailleurs. Attention aux abus! Un usage raisonnable quant au temps et au choix des émissions peut lui apporter beaucoup de plaisir. Et bien entendu, c’est vous qui faites la sélection et posez des limites!
Concernant la politesse, poursuivez votre croisade! Il n’est jamais trop tôt pour apprendre les bonnes manières. Votre enfant sera content d’être traité comme une grande personne. Ce qui lui fera accepter plus facilement ce qu’il pourrait ressentir comme une contrainte.
Les enfants de quatre ans aiment jouer ensemble. Les rapports sociaux à son âge n'ont rien de réunions mondaines, mais sont toujours orageux et violents. Les intrus sont tenus à l'écart dès qu'une bande s'est constituée. On commande, on exige, on pousse et on frappe beaucoup. Le langage devient un moyen de se vanter qui la plus part du temps déborde en échange volontiers des injures. C'est un âge rude et sans détour qui se soucie de l'opinion des autres. Il donne des coups de pied, des coups de poing, pique des colères.
Il est également sans retenues en paroles. Il est fasciné par les mots et leur sonorité. Pour la première fois, il comprend qu'il existe une série de mots qui ne sont pas du goût des parents. La plupart de mots ont trois, quatre ou cinq lettres. Il se rend compte qu’il peut faire bondir ses parents en lâchant une de ces grossièretés surtout s'il y a un public. Ils finiront par disparaître lorsque l'enfant atteindra cinq ans.
L'enfant de quatre ans est débridé aussi dans ses contacts avec les personnes. Il aime résister aux ordres et aux injonctions, les interdictions l`irritent. Il fait l'intéressant, se vante, jure. La menace d’un coup de poing est l’argumentatif préféré qu'il adresse aux autres enfants.
Son imagination est décuplée et lui rend difficile la distinction entre le réel et l`illusion. La démarcation entre la réalité et l'imaginaire ne lui parait pas évidente. II est plein d'histoires invraisemblables qu’il vous narre sans sourciller. Les parents ne doivent pas commettre la bévue de le traiter de menteur durant cette période. Ce qu'il essaye de faire, c'est de distinguer la réalité de la fiction et souvent en le faisant, il perd la maîtrise de son imagination.
Son dynamisme est extraordinaire, sa vitesse de propulsion élevée. Il monte et descend les escaliers en courant, fonce à travers les pièces de votre résidence, claque les portes avec fracas. Le débit de parole et le manque d’articulation sont aussi très grands. C'est un bavard qui adore discuter de tout. Il est son propre commentateur du monde qui l'entoure, et parfois aussi son propre public.

Il aime la dramatisation et la théâtralisation. Il sait bien se servir des marionnettes à main. Il organisera autour de lui une mise en scène interminable aussi bien à la maison que dehors, avec des cubes, des voitures, des camions, des trains, des bateaux, des poupées ou de petits personnages.

Il n'a pas le sens de la propriété, sauf pour croire que tout ce qu'il voit lui appartient. Mais un enfant de quatre ans n'est pas plus un voleur qu'il n'est un menteur. À quatre ans, il confond le fait d'avoir dans ses mains et le fait de posséder. Le jouet pris chez le petit voisin est à lui maintenant. Le simple fait de le mettre dans sa poche pour le rapporter à la maison est suffisant pour confirmer sa propriété.
À cause des caractères particuliers à cet âge, les enfants de quatre ans doivent être traités avec fermeté. Les parents faibles ou hésitants ont fort à faire avec eux. L'enfant de quatre ans se complaît dans la variété. Il lui faut souvent changer de rythme. Une mère ou un père avisé saura toujours prévoir quelques nouvelles activités pour intéresser son enfant et l'écarter d'une situation qui commence à mal tourner. Les jeux et son comportement peuvent facilement dégénérer en sottises s'ils ne sont pas maîtrisés. Il faut que la mère ou le père prévoient le moment que cela va se produire et proposer alors une nouvelle activité intéressante.
Pour l’enfant de quatre ans, le sens social est plus développé du fait que les amitiés occupent une plus grande place qu'à trois. Lors de désordre ou d’altercation, on peut comme sanction efficace l'isoler du groupe. De cette façon, la mère ou le père lui donne une occasion de se calmer et du fait même de sauver la face devant les copains. C’est aussi un excellent moyen pour les parents de motiver l’enfant à modifier son comportement de façon à pouvoir le réintégrer dans le groupe. Si possible, les parents ce doivent annoncer alors ses décisions d'un ton calme sans intonations autoritaires et punitives dans la voix.
Et seulement quand les parents commencent à penser que la vie ne vaut plus la peine d'être vécue avec ce petit incompris de quatre ans, il passe à cinq ans. Un changement rapide qui fait passer du déséquilibre des quatre ans pour succéder à l'équilibre des cinq ans.
 
Patricia Goodrum-Decelles

 

 

À 4 ANS, JE VIEIILIS, ON NE ME RECONNAÎT PLUS !
Sait dessiner un carré 
Sait utiliser des ciseaux 
Sait utiliser une fourchette 
Fait des constructions qui ont maintenant 10 blocs 
Peut dessiner des personnages en trois parties 
Comprend ce qui est plus grand ou plus petit
Connaît son adresse 
Aime aider dans les tâches quotidiennes   
Sait partager, attendre son tour 
Commence à distinguer le bien du mal
Peut avoir un ami imaginaire 
À table, aime mieux parler que manger  
Demande ses aliments préférés
Peut raconter une petite histoire
Pose de plus en plus de questions qui commencent par «pourquoi?»  
Ponctue désormais ses phrases d’adjectifs de nuance et des mots de liaison qui les rendent plus complètes
Aime jouer des rôles et jouer à faire semblant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

en route vers l'école
Copyright - WebTech Management and Publishing Incorporated - Tous droits réservés. Information légale
explorer 6.0