Acceuil Comment devenir un bon parent ? Être parent est un apprentissage permanent Devenez membre d'En route vers l’école Livres, Peluches, jouets, etc. Des ateliers pour apprendre Le savoir faire derrière - En route vers l'école Contactez-nous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
JE ME DÉCOUVRE

Ce qui importe à l’enfant de trois ans est de montrer qu’il grandit et qu’il gagne en autonomie. Son équilibre avec lui-même et le monde qui l'entoure est bien plus certain. Il a accompli le passage entre le bébé et l'enfant. Il n'est plus agité comme il l'était pendant la période qui a précédé. Les progrès amorcés de langage depuis plusieurs mois déjà se poursuivent. De plus, son vocabulaire continue à s’enrichir, ses phrases deviennent plus longues et ses parents ne sont plus les seuls à les comprendre.

     
 


 
 
D’autres grandes personnes comprennent parfaitement le sens de ses phrases. Son intérêt pour les livres et les histoires contribue certainement à cette bonne expression. Voyez le plaisir qu’il prend lorsqu’il décrit et nomme les illustrations.
Si votre enfant mange seul depuis un certain temps, vous notez avec plaisir ses progrès en matière de propreté. Fini ou presque, les cuillères qui atterrissent par inadvertance sur le plancher!
À cet âge aussi la majorité des enfants deviennent propres non seulement le jour, mais aussi la nuit. Toutefois, uriner au lit est toujours possible surtout lorsque l’enfant est plus fatigué, souffre d’un trouble de santé ou il est tracassé.
Il n'a plus autant besoin d'être protégé par des habitudes. Il ne sent plus la nécessité de tout faire d'une façon inaltérable. Il est habité par un esprit nouveau de coopération et un désir de s'attirer l'approbation de ses parents et même de ses frères et sœurs.
Alors qu'à la phase précédente il était le plus grand non-conformiste du monde. Maintenant, le voici qui est heureux d'obéir et de faire plaisir. Les violents accès de colère cessent et ses parents s'aperçoivent qu'ils peuvent vraiment commencer à raisonner avec lui, alors qu'auparavant ils ont dû avoir l'impression qu'il était purement impossible de le faire.
De même, il n'est plus aussi exclusif ou tyrannique. On n'a plus à se plier à son bon vouloir. Le maître des lieux, le petit dominateur qui veut imposer sa loi à tous, a renoncé. Il commence à sentir en lui l'aptitude à partager, à attendre son tour. Il sait mieux s'occuper patiemment à divers travaux au lieu de tout embrouiller comme à deux ans et demi.
Et Cela est dû en partie à une nouvelle confiance en lui et en partie aussi l'atténuation des angoisses de la transition. Son activité motrice et musculaire est plus assurée. Il sait être plus patient pour s'habiller ou empiler des cubes. Les progrès de son langage lui permettent de mieux comprendre les autres et de mieux maîtriser ses propres élans. Il adore les mots nouveaux.
À mesure que son horizon intellectuel se développe, tout un monde neuf d'imagination et de fantaisie s'ouvre à lui. C'est l'âge de la création du compagnon de jeu imaginaire, que lui seul peut voir. Il éprouve un puissant besoin de compagnie. Un enfant qui doit jouer seul la plupart du temps sera plus tenté d'imaginer ce compagnon de jeu. Les parents ne doivent pas s'en préoccuper. Ce compagnon de jeu peut subsister durant plusieurs années et le cas échéant disparaîtra. Entre-temps, il constituera une espèce de mécanisme de sécurité pour l'enfant qui l'a créé.
À trois ans, les rapports avec des enfants de son âge prennent beaucoup d'importance. À deux ans, il en était au stade du jeu parallèle. Maintenant, l'aptitude à agir en commun, à attendre, à prendre son tour, à partager, à accepter d'échanger ses jouets se développe en lui.
À côté de tous ces progrès, remarquons que l’enfant de trois ans développe des craintes comme la peur du noir, la peur lors du départ des parents, la peur de certains animaux. Se moquer de ses appréhensions et le traiter de bébé n’a pas sa place. Au contraire, vous devez le rassurer.
Enfin, à trois ans, votre enfant connaît à présent son corps et ses organes génitaux, qu’il observe, exhibe et touche volontiers. Apprenez-lui qu’il peut jouer avec dans son bain ou dans sa chambre par exemple, mais pas dans votre salon ni à l’école. Ses observations lui permettront de percevoir la différence entre filles et garçons.
Trois ans c'est vraiment « l'âge d'or », une époque très plaisante pour les parents comme pour l'enfant qui se veut en paix avec son univers. Il aime la vie, ses parents, à bonne opinion de lui. Les parents devraient tirer parti de cet âge heureux, parce que la prochaine étape sera tout mouvement et bruit.
 
Patricia Goodrum-Decelles
 

 

JE ME DÉCOUVRE À DEUX ANS :
À deux ans, l’enfant de deux ans est plus sociable. Parler c’est avant tout ce qu’il expérimente le plus afin, d’enrichir son vocabulaire pour communiquer avec ses proches. Il cherche continuellement à nommer les personnes et objets qui l’entourent. Vous constatez qu’il pose sans cesse des questions afin de savoir le nom des objets qui l’entoure. Il répète les mots et exprime ses réactions et ses pensées longuement sur ce qu’il fait.
Durant cette période, son vocabulaire va s’enrichir énormément. Afin, de l’aider, n’hésitez pas à échanger avec votre enfant pour lui expliquer calmement ce que vous faites ou ce que vous attendez de lui. Vous lui parler normalement, car il comprend les mots convenablement tout autant que le langage « bébé » même s’il déforme encore certains mots lorsqu’il les répète.
Plus il avance en âge plus il s’exprime facilement et se fait comprendre par les autres. Ne vous inquiétez pas qu’en matière de langage les petites filles soient un peu en avance sur les garçonnets. L’imagination est de plus en plus présente pour eux.
La période de deux ans c’est aussi un manque d’interaction avec les autres enfants. Il recherche à les observer et imiter plutôt que de jouer avec eux.
Cette période amène l’enfant de deux ans à imiter les parents ou tout adulte du même sexe. C’est l’âge ou le garçonnet et la fillette veulent se démarquer. L’enfant cherche à imiter. La petite fille imitera la mère et le garçon son père. D’ailleurs, ils s’amuseront de façon différente avec les mêmes jeux.   En guise d’exemple, un garçonnet jouera à la poupée, mais de façon différente d’une fillette.
Côté des craintes que pourrait ressentir l’enfant vous retrouverez la peur du noir, la peur des bruits ainsi que de certains animaux.
L’enfant de deux ans se découvre de plus en plus dans la deuxième moitié de l’année. Il découvre son corps, mais aussi sa personnalité ainsi que sa place dans la famille. Il se rend compte qu’il est différent, distinct de son père et de sa mère. C’est la période ou il découvre le « Je » et le « Non ».
L’enfant va s’opposer aux personnes qui l’entourent. Il revendique son autonomie en voulant tout faire seul. Vous remarquez aussi que votre enfant peut se montrer arbitraire et coléreux. Le but n’est pas tant de vous ennuyer que de bien marquer son indépendance qui se forme. Il faut s’armer de patience, car cette étape n’est plus qu’un passage obligé du développement de votre enfant.

 

 

 

 

 

 

À TROIS ANS, SA PERSONNALITÉ S'AFFIRME:
Monte et descend un escalier sans se tenir 
Sait dessiner un cercle fermé
Saute sur un pied
Sait se déshabiller seul(e), commence à s’habiller et peut mettre ses chaussures (sans lacets)
Sait marcher sur la pointe des pieds 
Commence à être propre la nuit
Conduit très bien un tricycle
Peut réaliser des tours de huit à neuf cubes 
Sait enfiler des perles 
Sait compter jusqu’à six ou huit, nommer six ou huit objets usuels, six ou huit parties de son corps et connaît trois ou quatre couleurs
Commence à adopter progressivement une préférence pour sa main gauche ou pour la droite 
Reproduit dans ses jeux la vie quotidienne 
Aime changer souvent d’activité 
Vit une crise d’opposition encore marquée par l’usage du non
A une plus grande indépendance et est moins lié(e) à sa mère 
Apprend à jouer seul(e) et se crée un monde imaginaire 
Aime aussi jouer avec d’autres enfants
Découvre son âme et le merveilleux
Est à l’âge des questions concernant la sexualité et au début de la phase oedipienne
Aime plaire et recevoir des compliments 
Sait ce qu’il (elle) aime et ce qu’il (elle) n’aime pas et le fait savoir vigoureusement 
Peut faire des caprices alimentaires 
Sait décrire une image 
Devrait être compris(e) des interlocuteurs étrangers
Dit son nom et son âge 
Différencie le «je» pour parler de lui (d’elle), le «nous» et parle avec des phrases construites
À un vocabulaire dans lequel le «moi» et le «mien» s’opposent beaucoup au «toi» et au «tien» 
Utilise des phrases composées de cinq mots et plus
Utilise des verbes, ce qui rend ses phrases plus explicites 
Utilise les genres et les nombres (masculin / féminin, singulier / pluriel)
Pose des questions variées parmi lesquelles il y a beaucoup de «pourquoi?» et de «quand?» 
Entretient avec les autres des relations qui ne comportent souvent pas d’interaction 
Par conséquent, tient une activité langagière dans laquelle les monologues occupent une place importante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

en route vers l'école
Copyright - WebTech Management and Publishing Incorporated - Tous droits réservés. Information légale
explorer 6.0